Je crée mon site

Essayez UGAL gratuitement pendant 1 mois

Sans engagement

L'AFNIC ça sert à quoi exactement?

10 mars 2010

Mathilde

 


L'AFNIC est "l'organisme chargé de la gestion administrative et technique des noms de domaine en .fr (France) et .re (Île de la Réunion)". Les entreprises ou les particuliers qui veulent déposer un nom de domaine doivent s'adresser à un bureau d'enregistrement (Gandi, Amen, OVH pour en citer quelques uns). Celui-ci joue le rôle d'intermédiaire entre le demandeur et l'AFNIC qui est donc un Office d'enregistrement (Registry en anglais)

Ce principe d'un organisme central qui délègue à des bureaux d'enregistrement est le même pour tous les TLD (Top Level Domain comme .com, .fr, .be etc...). Par exemple pour les .com , l'office d'enregistrement est l'ICANN

Sur le site de l'AFNIC il y a mention d'une publication au journal officiel du 2 mars 2010, désignant l'AFNIC comme "Office d’enregistrement de l’extension .fr, dans le contexte du décret du 6 février 2007 pour une durée de 7 ans". L'AFNIC a donc été récemment conforté dans sa mission. Est-ce que cela va changer quelque chose?


Page d'accueil de l'AFnic

le site Web de l'AFNIC

"Le .fr, ce qui va changer" titre l'AFNIC et de nous annoncer de l'assouplissement sur les conditions d'enregistrement du .fr. Par exemple le dépôt du .fr  sera ouvert aux Français résidant à l’étranger.

C'est vraiment super mais honnêtement ça fait longtemps que c'est facile de déposer un .fr depuis n'importe où: la plupart des bureaux ne vérifient pas les adresses. L'AFNIC met en place des procédures de dépôt mais ce n'est pas elle qui les applique, puisque les noms sont déposés auprès des bureaux. Certains appliquent les procédures à la lettre (une fois on nous a même essayer de nous faire passer devant un notaire pour un transfert de .fr, je ne rigole pas) mais la plupart sont plus coulants.

Les assouplissements annoncés sont bien mais pas suffisants: à l'heure actuelle les .fr sont toujours plus difficiles à gérer (notamment pour les transferts) que les .com. et je ne comprends pas pourquoi.

 

Observatoire concernant la qualité de service des bureaux

 

L'AFNIC annonce également qu’un Observatoire concernant la qualité de service et les tarifs proposés par les bureaux d’enregistrement sera créé, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. On espère juste que cet Observatoire testera bien les services, notamment les outils d'administration proposés.

UGAL a choisi GANDI pour les .fr  mais il nous arrive de découvrir d'autres prestataires, notamment quand nos utilisateurs ont déjà déposé leur nom de domaine et qu'ils nous demandent de créer les enregistrements de DNS. On en voit des vertes et des pas mûres: des bureaux qui ne proposent pas d'interface d'administration (on doit envoyer un mail pour faire demander les enregistrements), des bureaux qui ne supportent qu'un seul enregistrement pour les MX, ce qui est vraiment très déconseillé. Et ces bureaux sont bien habilités par l'AFNIC.

Pourquoi les gens enregistrent leurs noms de domaines n'importe où? Sans doute parce qu'ils n'y comprennent rien et c'est peut être le rôle de l'AFNIC d'informer tous les entrepreneurs et patrons d'entreprise qui se lancent dans l'aventure du Web.

Un nom de domaine c'est précieux, très précieux.  Gagner 3 euros par an sur un enregistrement n'est vraiment, mais vraiment pas un bon calcul. Perdre son domaine c'est perdre les visiteurs de son site et l'accès aux emails rattachés au domaine...

L'AFNIC publie certes une brochure disponible sur cette page: le message est plutôt publicitaire (pourquoi c'est le .fr c'est mieux), les informations de tarif sont fausses. L'AFNIC annonce un prix moyen de 25 euros HT par an, quand les trois principaux bureaux français (Amen, Gandi, OVH) facturent respectivement 7,80 euros HT, 12,00 euros HT et 4, 90 euros HT.


Bref, on retiendra que l'AFNIC a pris conscience de certaines lourdeurs et qu'elle souhaite y remédier. Un premier pas est franchi et on attend la suite avec impatience

Je crée mon site

Essayez UGAL gratuitement pendant 1 mois

Sans engagement

La newsletter UGAL