Je crée mon site

Essayez UGAL gratuitement pendant 1 mois

Sans engagement

Le commerce stationnaire, WTF?

13 février 2012

Mathilde

Avant le E-commerce, pour acheter une marchandise, on pouvait se déplacer dans une boutique ou alors se faire livrer, après avoir retourné au marchand le bon de commande encarté dans son catalogue. Le commerce comprenait donc la vente en boutique et la VAD (Vente à Distance). Évidemment quand on fait des analyses marketing (et dieu sait si le Web aime les chiffres et les infographies) on a besoin de segmenter et pour segmenter, il faut nommer. Comparer les chiffres d'un supermarché avec celui de la supérette du coin n'a pas de sens. On parle ainsi par exemple de commerce de proximité pour les boutiques situées près des habitations et d’hypermarchés pour les grandes surfaces commerciales situées en périphérie des villes.

 

Commerce stationnaire
© Frédéric Prochasson - Fotolia.com

Demain le P-commerce

L'avènement du E-commerce a un peu bousculé la donne. Le préfixe E-  signifie dans le jargon de la communication informatique « électronique ». D’après Wikipédia, « le commerce électronique ou vente en ligne, désigne l'échange de biens et de services sur les réseaux informatiques, notamment Internet ». Le E-commerce est donc l’ancêtre du catalogue papier : la vente se fait à distance mais l’électronique a remplacé le papier. Jusque là tout va bien.

Le E-commerce c’est donc de la VAD mais on a cependant besoin de plus segmenter cette nouvelle économie, ne serait-ce que pour fournir de belles infographies. On parle ainsi de F-commerce pour les ventes via Facebook, de M-commerce pour les ventes depuis un mobile. Ces appellations sont certes rigolotes mais manquent tout de même de précisions. Par exemple, quand j’achète un livre électronique (E-book) depuis mon Kindle, doit on parler de K-commerce ou, pourquoi pas, de K-ommerce tout court ? Si Pinterest (le « nouveau » réseau social) rencontre le succès que tout le monde semble lui prédire aujourd’hui, allons-nous tous faire du P-commerce? Et, si le E-commerce englobe le F-commerce et le M-commerce, comment devrait-on appeler les transactions faites sur des boutiques en ligne, sans passer par Facebook ni depuis un Mobile?

Pendant ce temps dans la vraie vie

Rassurez-vous le commerce de proximité n'est pas mort: pour l'instant à Paris on continue d'acheter son pain à la boulangerie et quand une ampoule claque, on est bien content de pouvoir se la procurer au coin de la rue, même si c'est plus cher que sur Internet. Et ça, les mastodontes du Web qui n'existaient  juste là que sur la Toile, l'ont bien compris. Ils commencent donc doucement à sortir de leur Toile et à ouvrir des boutiques. On parle de Google à Dublin, d’Amazon à Seattle, tandis que Free a déjà ouvert quelques boutiques en France.
Mais comment appeler ces boutiques de produits Internet qui ne sont pas des E-boutiques ? J’ai découvert la réponse sur E-commercefacts qui pose la question suivantes « Les géants du Web osent-ils maintenant se lancer dans le commerce stationnaire ? ». On parle donc désormais de « commerce stationnaire » pour les ventes en boutique.

Je terminerai ce billet par ces quelques définitions issues du Littré

  • Commerce
    Échange, entre les hommes, des divers produits de la nature ou de l'industrie.
    Le fait de vendre des marchandises.
  • Boutique
    Lieu où un marchand vend sa marchandise.
  • Magasin
    Lieu où l'on garde des marchandises.
    Établissement de commerce où l'on vend certaines marchandises.
  • Stationnaire
    Qui reste dans la même place.
    Qui ne fait pas de progrès.

Tout ça pour dire que le terme « stationnaire » n’est peut être pas très heureux pour définir une typologie de commerce. Les géants du Web vont ouvrir des boutiques, tout simplement, ce qui prouve que la proximité a toujours du sens, même au siècle des réseaux sociaux et du e-marketing.

Commentaire de annick

14 février 2012 à 07:11 PM

Bien vu… Ça me fait penser au phénomène de la "glocalisation" (du global localisé). A croire que les gens de marketing n'ont rien d'autre à faire qu'inventer des concepts qui nous ramènent aux bonnes vieilles recettes.

Je crée mon site

Essayez UGAL gratuitement pendant 1 mois

Sans engagement

La newsletter UGAL