Je crée mon site

Essayez UGAL gratuitement pendant 1 mois

Sans engagement

Faut-il déposer sa marque en . xxx

9 juin 2011

Mathilde

En septembre 2011 l'extension (TLD) xxx sera disponible. Cette nouvelle extension sera, comme on peut s’en douter, réservée aux sites avec du contenu pour adultes. A priori ça ne nous concerne pas trop : UGAL n'a pas l'intention de se lancer dans l'industrie du X. Quant à nos clients, ils ont l’air très contents avec leur .com et/ou leur .fr.

Jusqu’au moment où nous avons reçu un email de Gandi (le registre chez qui nous déposons les domaines .fr), proposant de protéger notre marque contre le.xxx. Gandi est un registre connu pour son éthique et pour la qualité de son service. On s’est donc posé la question de savoir si on devait protéger notre marque contre un dépôt en .xxx. Voici quelques explications.

 

deposer .xxx

TLD xxx pour quoi faire

Le .com a été lancé en 1985. C'est l'extension la plus courante, la plus facile à retenir, celle qui est vraiment importante de posséder (cf 10 bonnes raisons de déposer le .com). Depuis d'autres sont apparues. Les TLD avec 2 lettres correspondent à un code pays (.fr pour la France, .be pour la Belgique,...). Les autres cas de figure ont 3 ou 4 lettres et ont chacune une signification : par exemple .gov pour gouvernement, .info pour information, et donc bientôt xxx pour les sites de X. La plupart des TLD peut être déposée librement.

Pour d’autres TLD, le dépôt est sujet à condition afin de garantir à l’internaute la corrélation entre les noms de domaine et leur contenu. Seules les associations peuvent déposer un .asso.fr, seules les entreprises de l’industrie du X pourront déposer des noms de domaine en .xxx. L’intérêt est de pouvoir filtrer les sites concernés et donc de les exclure plus facilement. 

150€ H.T. la capote chez Gandi

Pour tous ceux qui ne sont pas dans cette industrie, vient se poser la question de la protection de sa marque en .xxx. A priori, on n’a pas envie qu’une société homonyme se lance dans la distribution d’objets ou d’images pour adultes.
Comme à chaque lancement d’une nouvelle extension TLD, une période de prévente est définie permettant à chacun de réserver un nom de domaine avant la vente effective. ICM Registry, le registre en charge du .xxx a défini les règles permettant de déposer et/ou de bloquer un domaine.  Le principe choisi est l’opt-out, c’est à dire une auto exclusion en amont du détenteur de la marque. Le coût conseillé par ICM Registry est entre 200$ et 300$. Gandi facturera la prestation 150€ pour la tentative de blocage définitif de votre marque en.xxx., soit plutôt la fourchette basse conseillée.

Alors, payer ou pas ?

La somme a débourser n’étant pas pharaonique (on ne paye qu’une fois) on s’est posé la question de bloquer ou pas UGAL. Pas si simple.

Tout d’abord, le fait d’effectuer et de payer une demande de blocage 150€ HT n’offre aucune garantie. Si une société appelée UGAL est légitime pour déposer le nom ugal.xxx, elle sera prioritaire pendant la période de réservation. Même si votre tentative de réservation échoue, l’ICM (qui a accrédité Gandi pour le dépôt mais qui encaisse le plus gros du revenu), ne vous rembourse pas.

A y regarder de plus près, cette offre ne tient donc pas debout. Si ICM avait vraiment voulu protéger les marques qui ne sont pas dans l’industrie du X contre un cyber-squatting de leur nom, ils auraient choisi non pas le modèle opt-out sans garantie, mais le modèle opt-in. Dans le cas du modèle opt-in, tous les noms sont bloqués et le dépôt est soumis à l’acceptation des détendeurs de la marque, si elle est déposée et protégée par la loi.

Enfin, même pour les grandes sociétés, bloquer sa marque en.xxx ne sert pas à grand chose. L'extension est tellement parlante que personne n'irait par exemple sur sncf.xxx pour réserver son billet de train.

Pour conclure, n’oublions pas que les registre sont des sociétés à but lucratif, leur but est de faire du chiffre d’affaires en vendant des noms de domaine. La mise sur le marché de nouvelles extensions TLD est donc une opportunité commerciale pour les bureaux de registre. Quand une société veut se protéger contre l'utilisation abusive de sa marque à des fins de détournement commercial elle doit s'adresser (en France) à L'INPI. Les bureaux de registre comme Gandi ne s'occupent que des noms de domaine et non pas de la protection des marques. Il y a parfois un mélange des genres pas toujours clairs pour les petites entreprises, souvent mal informées.

UGAL ne va donc pas tenter de bloquer son nom de domaine en .xxx et nous vous conseillons de ne pas le faire non plus. Ce sera toujours 150€ d'économisés et cela ne sert à rien.

Commentaire de ruben

15 juin 2011 à 05:56 PM

Merci Mathilde, bons conseils bien argumentés comme d'habitude.
Je cherche un bon resto pour dépenser les 150 euros économisés…

Je crée mon site

Essayez UGAL gratuitement pendant 1 mois

Sans engagement

La newsletter UGAL