Je crée mon site

Essayez UGAL gratuitement pendant 1 mois

Sans engagement

e-commerce

Distribution sélective et liberté du e-commerce

25 janvier 2012

Mathilde

Lorsqu’une société décide de passer par un réseau de distribution pour vendre ses produits au consommateur final, elle peut imposer à ses distributeurs certains critères avant de les agréer. C’est particulièrement vrai et compréhensible pour les produits techniques ou encore pour les produits de luxe : la société veut s’assurer que le distributeur a

  • les compétences nécessaires pour apporter les bons conseils au client
  • la structure d’accueil correspondante au standing et aux besoins du client.

Les marques peuvent donc opter pour une distribution sélective (le revendeur doit répondre à certains critères) ou exclusive (le revendeur a une exclusivité territoriale) pour vendre leurs produits.

Tout cela est parfaitement cohérent et logique. Là où ça se gâte, c’est quand le « commerçant du coin » se lance dans le Web et éclate complètement la marque officielle dans les résultats de recherche. Aaahh, le référencement naturel….

exclusivite

Donc les commerçants se lancent dans le e-commerce

Les commerçants ont les produits en stock, ils connaissent bien leur marché, ils ont une très riche expérience de la clientèle via leur magasin, bref il n’y a aucune raison qu’ils ne cartonnent pas sur le Web, à condition qu'ils restent positionnés sur leur niche et qu'ils soignent un peu leur référencement naturel.

En tout cas chez nos clients e-commerçants, ça marche. Aucun ne va prétendre concurrencer Amazon ou la Redoute en terme de volume ni de profondeur de gamme. Mais, sur leur niche, ils ressortent extrêmement bien dans les moteurs sur le nom des produits mais aussi sur les marques qu’ils distribuent. Certains sortent même devant les marques ou devant les distributeurs officiels. Comme quoi, utiliser un logiciel bien conçu est vraiment important pour le référencement naturel. A noter que beaucoup de marques de luxe ont encore des sites en Flash :  il n’est donc pas très dur de leur voler la vedette en référencement naturel.

Retour de bâton : dans plusieurs cas, nos clients e-commerçants se sont fait remarquer et aussitôt interdire la vente en ligne des produits qu’ils sont pourtant autorisés à vendre dans leur magasin.

Liberté du e-commerce

A y réfléchir, je ne comprends pas bien le concept de la distribution exclusive Web. En gros, les marques de vêtements et de produits cosmétiques ont des contrats avec

  • Des magasins autorisés à vendre en ligne,
  • Des magasins non autorisés à vendre en ligne
  • Des sociétés qui vendent exclusivement en ligne.

Que des sociétés choisissent leurs distributeurs afin de s'assurer de la qualité de service proposé à ses clients c'est normal. En revanche limiter la distribution à un seul canal, cela ne me semble pas être forcément dans l’intérêt du consommateur. Or la loi est censée protéger les consommateurs.

Vérifiez vos contrats de distribution

Les marques devraient plutôt chercher à imposer certains standards d'accessibilité et de look aux sites internet désirant vendre leurs produits en ligne. Mais restreindre la liberté de vendre en ligne? Personnellement, je trouve qu’il y a quelque chose d’extrêmement anachronique dans ce type de contrat. Internet fait sauter les frontières : les gens échangent en ligne, notamment via les réseaux sociaux, indépendamment de leur localisation. Sur le Web, un client peut rencontrer un fournisseur sur d'autres critères que les seuls critères géographiques.

En tous les cas, si vous avez un magasin et que vous envisagez de vous lancer dans le e-commerce sachez que c’est une excellente idée (cf Avoir un site internet est un merveilleux levier de croissance pour les commerçants). Renseignez-vous toutefois au préalable auprès de vos fournisseurs pour vous assurez que vous êtes bien autorisés à vendre leurs produits en ligne.

 

Commentaire de Marrie

7 mai 2012 à 04:49 PM

Je vous remercie pour les informations utiles.

Je crée mon site

Essayez UGAL gratuitement pendant 1 mois

Sans engagement

La newsletter UGAL